Jean-Pierre CASSELY, un drôle d’historien


Jean-Pierre CASSELY, conteur et « passionné d’histoire », comme nous le dit le journal La Provence, réécrit l’Histoire de France, sans scrupules.

Alors qu’il nous raconte dans un de ses ouvrages l’assassinat du marquis d’Albertas à Gémenos le 14 juillet 1790, il n’hésite pas à dire que cette triste journée pour ledit marquis fête le premier anniversaire de la prise de la Bastille ! Non, tel n’est pas le cas : le 14 juillet 1790, c’est la — première — fête de la Fédération, une fête où tout le monde, quel que soit son milieu social, se réunit pour faire la paix : le roi, la reine et le petit… dauphin y participent aussi.

Ce qu’il ne faut pas confondre, comme Jean-Pierre CASSELY l’a pourtant rapidement fait, c’est que le 14 juillet 1790, si c’est bien le 1er anniversaire de la prise de la Bastille, ce n’est surtout pas le but de ce rassemblement populaire. Enfin, un marquis, même ayant accepté la cause de la Révolution, n’aurait pu y participer et encore moins l’organiser sur ce thème.

Évidemment, la date de cette nouvelle fête (qui pourtant fera vite long feu) n’a pas été choisie par hasard : un an après la prise de la Bastille, « on » veut faire la paix et aller de l’avant.

Il est important de noter que la date de notre fête nationale a été décrétée en 1880. Elle l’est bien sûr en rapport avec cette fête de la Fédération et non avec la prise de la Bastille (qui s’est d’ailleurs plus donnée qu’elle n’a été prise, mais c’est une autre histoire). Le décret ne précise pas toutefois clairement 1789 ou 1790 pour mémoire : alors, que préfère-t-on aujourd’hui ? Fêter la paix (1790) ou fêter la guerre (1789) ?

Dommage que le Journal La Provence l’ait publié sans contrôler… D’autres articles à venir sur ce « drôle d’historien ».

Fête de la Fédération par Charles Thévenin (musée Carnavalet - PARIS)


Article écrit le 2 février 2017
Auteur : Thierry BRAYER, Écrivain, Coach en écriture



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *