Écrire avec le coeur ?


ecrire-avec-le-coeurBeaucoup d’auteurs pensent qu’écrire « avec le cœur » suffit et qu’il y a des textes qui ont fait carrière pour le prouver : bien sûr, mais peu, ce qui ne suffit pas à en faire une généralité.

« Écrire avec son cœur » se suffirait à lui-même ? On demande à un boulanger de faire du bon pain comme on demande à un écrivain d’écrire correctement. Ensuite, si l’écrivain ne sait pas faire du bon pain, ou le boulanger ne sait pas écrire, c’est moins important et bien moins grave. Il faut juste respecter « son client ». Pour ma part, j’aime le pain cuit, moyen cuit, légèrement cuit, mais ni cru ni brûlé ! Je ne suis pas intolérant et accepte l’erreur si on ne me la vend pas comme une nouvelle règle !

Alors, souvent, il est argué que « tout le monde n’a pas eu la chance d’aller à l’école » et ne maîtrise pas l’écriture : d’abord, si pour 99,99 %, et en plus, rien n’empêche d’apprendre par la suite à bien écrire, lorsqu’on est adulte. De toute façon, trop de points dits professionnels ne sont pas étudiés en primaire ou secondaire. À un moment donné, on va sentir ses limites. Être autodidacte, ça veut dire qu’on apprend par soi-même, et donc, qu’on apprend tout de même.

Si le texte est écrit juste « avec le cœur », il manquera certainement de lisibilité et on devra s’accrocher à la forme pour comprendre le fond. Le cœur suffit pour des amis, mais pour un vrai lectorat, il lui faut autre chose que des larmes brutes : il lui faut du style, du vocabulaire et sans doute, une histoire !

Et pour qui écrit-on finalement ? Si c’est pour soi, alors ce « juste cœur » suffit, mais en fait, on écrit pour les autres, pour être lu… Mon avis est qu’on n’écrit QUE pour les autres, en arguant que l’on n’écrit QUE pour soi ! Sinon, pourquoi publier, sur le net ou en ouvrage papier ?

Ceux qui pensent que « juste écrire avec son cœur » est suffisant sont ceux qui, justement, n’écrivent « qu’avec leur cœur » et tentent de convaincre les autres que leur faiblesse en écriture n’en est pas une, que ce n’est pas grave, etc. Mais demandez à des lecteurs impartiaux leurs avis, vous verrez qu’ils attendent un résultat ce qui doit s’apparenter à de l’art.

Ceux qui ont des difficultés ne doivent pas ne pas publier, bien au contraire : ils doivent juste travailler, progresser, s’améliorer, et « ne pas vendre du pain pas cuit »

Auteurs : écrire est un moyen de communication universel alors, parlez la bonne langue !


Article écrit le 19 décembre 2015
Auteur : Thierry BRAYER, Écrivain, Coach en écriture



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *